Image default
Bien-être

La cup, un fait qui ne saurait échapper à la règle

À partir du 1er janvier 2020, la vaisselle jetable en plastique (gobelets, verres, couverts et assiettes) sera interdite, tel en a décidé le gouvernement au travers de la loi relative à la transition énergétique pour la croissante verte. De nouveaux objets interdits qui rejoignent ceux qui le sont d’ores et déjà à l’image des pailles, des sacs et des coton-tige en plastique jetable. Bien entendu, cette liste d’objets en plastique jetable n’en est qu’à ses balbutiements. Et pour cause, à l’horizon 2021 à travers toute l’Europe, les ballons de baudruche et leurs tiges, les filtres de mégots de cigarette, les couverts et bâtonnets mélangeurs, les paquets de chips et les emballages de bonbons notamment le seront aussi. Et parmi ces objets du quotidien que l’on rencontre fréquemment dans la nature, qui jonchent les plages et foulent les sols des forêts notamment, les produits d’hygiène intime féminine sont eux aussi sur la sellette. Bien que pour ces derniers les alternatives ne se soient pas entièrement développées, la Commission européenne imposera un étiquetage informatif. Étiquetage qui précise la manière de jeter les produits, les impacts environnementaux mais aussi la présence de matières plastiques dans le produit. Mais malgré tout, une alternative existe déjà pour les serviettes hygiéniques, les tampons et autres applicateurs de tampons : la CUP MENSTRUELLE. Alors mesdames, gros plan sur un objet pas comme les autres qui comptent bien révolutionner vos désagréments mensuels

La cup menstruelle, une alternative saine, mais pas que !

Plébiscitée depuis quelque temps, la cup menstruelle est présentée comme la nouvelle protection hygiénique pendant les menstruations. Écologique, économique et surtout réputée comme étant meilleure pour la santé, contrairement aux protections hygiéniques classiques, la coupe menstruelle intrigue. Et pourtant l’utilisation d’une cup menstruelle est à portée de toutes. Dès lors, pour franchir le cap, gros plan sur la cup. 

C’est quoi une cup menstruelle ?

Développé Outre-Atlantique, la cup menstruelle est une protection hygiénique qui se présente sous la forme d’une cloche assez rigide et qui se termine ou non par une petite tige plus souple afin de faciliter son retrait de la zone intime. Grâce à son effet ventouse, elle se déploie ensuite à l’intérieur du vagin et adhère aux parois sans bouger. Pour cela, il suffit de suivre les indications fournies par le fabricant : on la plie sur elle-même, on l’insère et hop elle est posée. Et pour la retirer, il suffit d’attraper la languette, de tirer sur la cup en la pinçant à l’image d’un tampon en somme. En silicone médical hypoallergénique, elle est réutilisable tous les mois, et ce, pendant plusieurs années à condition d’être entretenue correctement. Quoi qu’il en soit, contrairement aux autres protections féminines, la cup menstruelle n’absorbe pas le sang, mais le recueille à l’intérieur du vagin. Cette dernière se vide ensuite une fois le matin au saut du lit et une autre fois en fin de journée.

Comment choisir sa coupe menstruelle ?

En règle générale, il existe deux tailles de cup : une petite taille pour les jeunes filles, les femmes de moins de 30 ans et celles qui ont accouché par césarienne et, une grande taille pour les femmes de plus de 30 ans, celles qui ont accouché par voie basse ou dont le flux est abondant. Bien entendu, d’une marque à l’autre il peut exister d’autres tailles. Ensuite, il existe différentes souplesses de coupe. Les modèles rigides convenant aux sportives. Outre une palette de couleur large, la tige peut être elle aussi différente. Elle peut être ou non présente et si tel est le cas, prendre l’apparence d’une tige traditionnelle très fine, d’une petite boule ou encore d’un anneau. Pour trouver la bonne taille, il suffit d’orienter son choix sur une coupe adaptée à sa situation (jeune fille, femme ayant accouché par voie basse par exemple), d’identifier son flux (flux léger, flux moyen ou flux abondant) et de savoir si le périnée est sensible ou non tout simplement. Pour celles qui hésiteraient encore, il est possible de demander l’avis d’un gynécologue. 

Quels sont les avantages de la cup ?

Aussi bien les utilisatrices que les spécialistes vantent les mérites de cette alternative aux produits jetables classiques. Et pour cause. Une cup coûte entre une dizaine et une trentaine d’euros et peut être utilisé une dizaine d’années. Côté budget, la cup présente un intérêt économique et non des moindres ! Une alternative incontournable lorsque le budget est restreint à l’image de celui des étudiantes. En parallèle, la cup participe à la préservation de l’environnement. Inutile de jeter l’emballage, la protection à la poubelle après chaque utilisation. La cup se réutilise et il est possible de garder sans la vider une dizaine d’heures dépendamment du flux. C’est donc une solution qui présente un intérêt pratique compte tenu du fait qu’il n’est plus difficile de trouver une poubelle, de trouver un lieu discret pour se changer ou encore que l’on doit faire face à un long voyage. Du point de vue sanitaire, la cup respecte le microbiote vaginal et le pH vaginal. Exit le risque de mauvaises odeurs et de mycoses vaginales en l’occurrence. Facile d’utilisation, son entretien l’est aussi. Il suffit pour cela de suivre les recommandations d’entretien du fabricant et de bien la stériliser à l’eau bouillante entre deux cycles. 

Related Articles

Poudre de nacre : un allié de taille contre l’ostéoporose

Journal

Et si au lieu d’une liposuccion, vous optiez pour une vibroliposculpture ?

Journal

Bonjour et bienvenu sur Mix-Cité, le blog de la mixité

administrateur