Image default
Santé

Paralysie du nerf cubital (dysfonctionnement) : définition, cause, symptômes, traitement

Le nerf cubital va de l’épaule au petit doigt. Un dommage causé au nerf cubital entraînant une perte de sensation est appelé paralysie du nerf cubital. La condition peut affecter votre capacité à effectuer des mouvements précis et peut donner à votre main une apparence de serre d’oiseau de proie. Le cas échéant, il peut être remédié à la paralysie du nerf cubital par une intervention chirurgicale.

Symptômes

La paralysie du nerf cubital peut être une condition à évolution progressive entraînant une perte de sensation au niveau des doigts.

Au nombre des symptômes associés à la paralysie du nerf cubital figurent :

  • une perte de sensation, en particulier au niveau de l’annulaire et du petit doigt ;
  • une perte de coordination des doigts ;
  • une douleur ;
  • des picotements ou une sensation de brûlure dans la main ;
  • une faiblesse manuelle ;
  • une faiblesse qui s’aggrave avec l’activité physique ;
  • une perte de force de préhension.

La perte de force de la main peut affecter vos activités quotidiennes, par exemple, en limitant votre force de préhension et votre aptitude à serrer un objet.

Au fil du temps, la perte de contrôle et de sensation de votre main peut être à l’origine d’une difformité en serre de rapace. Une telle évolution ne survient néanmoins que dans les cas les plus graves.

Causes

La cause de la paralysie du nerf cubital n’est pas toujours connue. Un dommage au nerf cubital peut toutefois résulter :

  • d’une maladie causant des dégâts nerveux ;
  • de lésions nerveuses ;
  • d’une pression excessive sur le nerf ;
  • d’une pression sur le nerf due à une tuméfaction ;
  • d’une fracture ou d’une dislocation du coude.

L’effet d’un dommage causé au nerf cubital est similaire à la coupure d’un fil téléphonique. Les messages adressés par votre cerveau à votre petit doigt ne passent plus.

Effets

Effets

Il arrive que le dommage causé au nerf cubital soit si important qu’il entraîne une difformité définitive. Même après une intervention chirurgicale, le patient peut éprouver une perte de sensation et ses mouvements peuvent être limités. Après une intervention chirurgicale, un rétablissement complet et un retour des fonctions du poignet et de la main peuvent nécessiter des mois.

Diagnostic

Le médecin commencera un examen physique en vous demandant quand et comment sont apparus vos symptômes. Il est important de décrire toutes les situations dans lesquelles vous avez pu vous blesser la main, afin d’aider votre médecin à identifier des causes potentielles.

Le médecin s’efforcera de déterminer dans quelle mesure vous pouvez bouger les doigts et d’apprécier l’état actuel de votre main.

En plus d’un examen physique, les tests peuvent inclure :

  • des analyses de sang ;
  • des examens par imagerie ;
  • des analyses de conduction nerveuse ;
  • des radiographies.

Ces tests peuvent contribuer à identifier une tuméfaction, ainsi qu’à apprécier la fonction nerveuse du nerf cubital.

Prévention

Pour éviter des complications plus graves, il est essentiel de recevoir un traitement médical dès les premiers signes de problèmes du nerf cubital.

En cas de picotements, de perte de sensibilité ou de douleur de l’annulaire et du petit doigt, consultez votre médecin. Vous pouvez également consulter un ergothérapeute pour déterminer si vos habitudes de travail quotidiennes sont cause de pression excessive sur le nerf cubital.

Pour éviter une nouvelle blessure, il pourra vous être conseillé de porter un plâtre, une attelle ou un autre dispositif de thérapie physique.

Traitement

La guérison des tissus nerveux est généralement plus longue ou difficile que celle d’autres tissus. Certains symptômes de paralysie du nerf cubital peuvent s’atténuer d’eux-mêmes, sans autre traitement.

Un médecin peut recommander d’autres traitements, et notamment :

  • des analgésiques en vente libre ;
  • des médicaments destinés à réduire les spasmes nerveux, tels que la gabapentine, la phénytoïne, la carbamazépine ou les antidépresseurs imipraminiques ;
  • des corticostéroïdes destinés à atténuer l’inflammation ;
  • une attelle pour soutenir la main et réduire des symptômes douloureux ;
  • une thérapie physique pour accroître la force et la fonction musculaire ;
  • une ergothérapie destinée à minimiser de nouvelles lésions.

Lorsque les dommages nerveux sont importants ou particulièrement douloureux, votre médecin pourra recommander une intervention chirurgicale. Une correction chirurgicale implique une transposition tendineuse pour réparer des tendons endommagés exerçant une tension sur des muscles. Cette intervention peut contribuer à rétablir une fonction et à vous permettre de vaquer normalement à vos occupations.

D'autres articles

Diurèse : définition

Irene

Prostatite : symptômes, prévention et traitements

Irene

Hypoxie cérébrale : définition, cause, symptômes, traitement

Irene

Électroconvulsivothérapie : définition, cause, symptômes, traitement

Irene

Boutons de fièvre : définition, cause, symptômes, traitement

Irene

Assurance santé, comment choisir la bonne ?

Journal

Les avantages de la vitamine B12 et de la gelée royale

Journal

Biopsie rénale : définition, cause, symptômes, traitement

Irene

Pyélonéphrite : symptômes, diagnostic et traitements

Irene