Image default
Santé

Choc hypovolémique : définition, cause, symptômes, traitement

Le choc hypovolémique, également appelé choc hémorragique, est une maladie potentiellement mortelle qui résulte d’une perte de plus de 20 % (un cinquième) du sang ou liquide contenu dans le corps. Cette perte importante de liquide empêche le cœur de pomper suffisamment de sang dans le corps. Le choc hypovolémique peut provoquer la défaillance de nombreux organes, et la survie du patient dépend d’une attention médicale urgente.

Causes

Le choc hypovolémique résulte d’une perte considérable du sang et/ou d’autres liquides contenus dans le corps. Une telle hémorragie peut se produire pour les raisons suivantes :

  • saignement résultant de coupures ou de blessures
  • saignement résultant de traumatismes contondants causés par des accidents ou des convulsions
  • saignement interne de l’appareil gastro-intestinal ou rupture de grossesse ectopique

En plus de la perte de sang elle-même, la perte de liquides corporels peut augmenter la diminution du volume sanguin. Cela peut se produire dans les cas suivants :

  • diarrhée excessive
  • brûlures graves
  • vomissements prolongés et excessifs
  • transpiration excessive

Quand une hémorragie importante se produit, les organes ne sont plus suffisamment irrigués. Le sang transporte l’oxygène et d’autres substances essentielles jusqu’aux organes et aux tissus. Quand ces substances sont perdues plus rapidement qu’elles peuvent être remplacées, les organes commencent à ne plus fonctionner. Quand le cœur commence à s’arrêter et ne fait plus circuler une quantité adéquate de sang dans le corps, les symptômes du choc se produisent. La tension artérielle et la température corporelle s’effondrent, ce qui peut être mortel.

Selon la clinique Mayo, le choc hémorragique est la cause principale de décès chez les personnes ayant subi des lésions traumatiques. (clinique Mayo)

Symptômes

Ils varient en fonction de la sévérité de la perte de liquide et/ou de sang. Cependant, tous les symptômes de choc sont potentiellement mortels et doivent être considérés comme une urgence médicale. Les symptômes de saignement interne sont parfois difficiles à reconnaître jusqu’à l’apparition des symptômes de choc. Cependant, le saignement externe est visible. Les symptômes du choc hémorragique ne se manifestent pas toujours immédiatement. Les adultes plus âgés ne ressentent parfois pas les symptômes tant que le choc n’en est qu’aux stades initiaux.

On compte parmi les symptômes :

  • anxiété
  • cyanose (bleuissement) des lèvres et des ongles
  • miction faible ou absente
  • sudation abondante
  • respiration faible
  • vertiges
  • confusion
  • douleurs thoraciques
  • pertes de connaissance
  • hypotension
  • rythme cardiaque élevé
  • pouls faible

Le signe d’une hémorragie externe est un saignement abondant de la plaie.

Signes d’une hémorragie interne :

  • douleurs abdominales
  • présence de sang dans les selles
  • présence de sang dans l’urine
  • saignement vaginal (abondant, habituellement pas pendant la menstruation normale)
  • vomissement de sang
  • douleurs thoraciques
  • gonflement abdominal

En cas d’hémorragie ou de choc hémorragique, faites-vous conduire aux urgences ou appelez le SAMU, mais n’allez pas à l’hôpital de vous-même.

Soins d’urgence et premiers secours

Le choc hypovolémique étant une urgence médicale, appelez le SAMU immédiatement si vous voyez une personne présentant des symptômes de choc. En attendant l’arrivée des répondants :

  • demandez à la personne de s’allonger doucement en surélevant ses pieds d’une trentaine de centimètres.
  • ne déplacez pas la personne si vous soupçonnez une blessure à la tête, au cou ou au dos
  • gardez la personne au chaud
  • ne lui donnez pas de liquides par la bouche, car elle pourrait s’étrangler

Ne lui surélevez pas la tête. Retirez les saletés ou débris visibles sur le site de la blessure. Si un morceau de verre, un couteau, un bâton, une flèche ou tout autre objet est enfoncé dans la plaie, NE le retirez PAS. Si la plaie est propre et aucun objet visible n’y est enfoncé, serrez une serviette, une chemise ou un morceau de tissu quelconque sur le site de la blessure pour minimiser la perte de sang. Faites pression sur la partie affectée. Si possible, nouez le tissu autour de la plaie, ou attachez-le avec du ruban.

Complications

Un choc hypovolémique non traité entraînera le décès de la victime. Un manque de sang et de liquide dans le corps peut entraîner les complications suivantes :

  • atteinte aux organes tels que les reins ou le cerveau
  • gangrène des bras ou des jambes
  • crise cardiaque

Les effets du choc hypovolémique dépendent de la quantité et de la vitesse à laquelle le sang et/ou les liquides s’échappent. L’étendue des blessures peut aussi déterminer la probabilité de survie. Les pathologies comme le diabète ou une maladie du cœur, des poumons ou des reins, augmentent le risque de complications accrues provenant du choc hypovolémique.

Diagnostic

Le choc n’a souvent pas de signes précurseurs. Les symptômes ont plutôt tendance à se présenter quand vous êtes déjà en proie au choc. L’examen physique peut révéler des signes de choc : hypotension, tachycardie, etc. La victime a aussi tendance à être peu responsive quand l’urgentiste pose des questions.

Un saignement abondant est facile à reconnaître, mais un saignement interne n’est parfois détecté que quand le patient présente des signes de choc hémorragique.

En plus d’observer les symptômes physiques, le médecin peut aussi utiliser divers examens pour confirmer la présence d’un choc hypovolémique, notamment :

  • analyses de sang afin de repérer un éventuel déséquilibre des électrolytes et évaluer la fonction rénale
  • tomodensitométrie ou échographie pour visualiser les organes
  • échocardiographie pour mesurer le rythme cardiaque
  • endoscopie pour examiner l’œsophage et d’autres organes gastro-intestinaux
  • cathétérisme cardiaque droit, pour examiner la circulation du sang
  • cathétérisme urinaire pour mesurer la quantité d’urine dans la vessie

D’autres tests peuvent être prescrits en fonction des symptômes particuliers.

Traitement

Une fois hospitalisé, le patient ayant subi un choc hypovolémique se verra administrer des liquides et/ou des produits sanguins par voie intraveineuse. On lui administrera aussi parfois des médicaments augmentant la capacité de pompage du cœur, notamment : dopamine, dobutamine, adrénaline et/ou noradrénaline.

Une stricte surveillance cardiaque et rénale servira à déterminer l’efficacité du traitement.

Pronostic

Le pronostic dépendra de la quantité de sang perdue et du type de blessure subie. Le pronostic est meilleur chez les patients en bonne santé qui n’ont pas subi une perte de sang grave. Complications fréquentes du choc hémorragique :

  • lésions rénales
  • lésions d’autres organes
  • décès

La diminution de la circulation dans les membres peut entraîner le développement de la gangrène chez certains patients, impliquant parfois une amputation des membres affectés.

D'autres articles

Comment trouver un bon sophrologue à Paris ?

administrateur

Comment choisir ses lunettes ?

administrateur

Ophtalmoscopie : définition, cause, symptômes, traitement

Irene

Mesures d’urgence en cas de perte de conscience : définition, cause, symptômes, traitement

Irene

Comment réussir son sevrage nicotinique

Journal

Infection urinaire chez la femme : symptômes, prévention et traitements

Irene

Scintigraphie de la vésicule biliaire : définition, cause, symptômes, traitement

Irene

Urétrite : causes, symptômes, prévention et traitements

Irene

Sinus pilonidal : définition, cause, symptômes, traitement

Irene