Image default
Psycho

La trichotillomanie

Nous avons tous au moins une fois dans notre vie (et sûrement plus) fait le geste de tirer sur l’une de nos mèches de cheveux ou celui de s’amuser à s’entortiller cette dernière autour d’un doigt. Cela peut se produire dans un moment d’ennui, de préoccupation ou alors de grande réflexion, ou simplement parce que l’on est perdu dans ses pensées et que cela « occupe les mains ».

Ce petit geste innocent pour la plupart d’entre nous, peut se convertir pour certains en une véritable manie. Ces personnes vont passer des heures à s’entortiller les cheveux et à se les arracher parfois même jusqu’à l’alopécie (la calvitie).

C’est en 1889 que le médecin français François Henri Hallopeau (1842-1919) a décrit et nommé pour la premier fois ce phénomène : la trichotillomanie. Mais il fallu attendre de nombreuses décennies encore pour que la médecine commence à reconnaître la trichotillomanie comme une maladie du contrôle des impulsions.

Quels en sont les signes ?

La caractéristique principale du trouble est la présence soit de manière phasique (par phases) soit de manière continue, d’un besoin irrésistible de s’arracher les cheveux (soit un par un, soit par mèches).

Selon le DSM-5 (dernière version de 2013 du manuel de classification américain des troubles psychiatriques qui fait référence chez les spécialistes), la trichotillomanie fait partie de la catégorie des Troubles Obsessionnels Compulsifs (TOC).

Suivant les critères retenus par le DSM-5, le diagnostic de « trichotillomanie » peut être posé (par le médecin) lorsque l’on retrouve les signes suivants :

  1. Besoin irrésistible de s’arracher les cheveux aboutissant à une alopécie manifeste.
  2. Essais infructueux pour contrôler ou arrêter ce besoin de s’arracher les cheveux.
  3. « L’arrachage de cheveux » provoque une souffrance significative ou disfonctionnement au niveau social, professionnel ou dans d’autres domaines de la vie importants.
  4. « L’arrachage des cheveux » ne peut pas être expliqué par une autre affection somatique (comme une maladie dermatologique).
  5. « L’arrachage des cheveux » ne peut pas être expliqué par une autre affection psychiatrique (par exemple la dysmorphophobie).

Est-ce que c’est courant ?

On estime que la trichotillomanie concernerait à peu près 1% de la population. Les études épidémiologiques pour connaître exactement l’étendue de cette maladie s’avèrent particulièrement difficiles, car la maladie est accompagnée chez les personnes touchées d’un sentiment de culpabilité fort les empêchant de se confier à une tierce personne (entourage ou professionnel de santé) et encore moins dans le contexte d’une étude. Environ la moitié des personnes, donc environ 0,5% de la population, remplirait tous les critères du tableau clinique (exposé ci-dessus).

Quand cette maladie se manifeste-t-elle ?

Depuis les années 1990 environ, on sait qu’une minorité (environ 6%) des patients a commencé avec ce comportement dans la petite enfance (avant l’âge de six ans). Chez beaucoup d’autres, la trichotillomanie se manifeste pendant l’adolescence. Mais les premières manifestations peuvent aussi avoir lieu seulement à l’âge adulte. Selon les études, la trichotillomanie toucherait autant les femmes que les hommes, ou bien plutôt les femmes. Les résultats ne sont pas encore convergents sur ce sujet. Chez l’homme, la calvitie à partir d’un certain âge serait plus commune et acceptée. Et au contraire, les femmes seraient culturellement plus demandeuses de soins par rapport à ce problème.

D’où est-ce que ça vient ?

Comme souvent en santé mentale, plusieurs hypothèses sont avancées. Des facteurs sociaux, psychiques, neurobiologiques et génétiques pourraient être à l’origine de cette pathologie. La recherche sur les causes s’avère d’autant plus compliquée que la trichotillomanie n’est pas une maladie ‘homogène’. L’un des facteurs communs que l’on retrouve chez la plupart des personnes concernées est une dérégulation émotionnelle. S’arracher les cheveux permettrait de réguler de manière non-consciente l’état émotionnel. Mais aussi des symptômes dépressifs, des difficultés scolaires, des sévices et traumatismes divers feraient partie du spectre des causes retrouvées. Sur le plan neurobiologique (en effet, il existe aujourd’hui des modèles animaux de la trichotillomanie), certaines molécules synaptiques (comme le SAPAP3) ont été identifiées chez les animaux. Et comme dans la dépression ou dans les troubles obsessionnels et compulsifs, une dérégulation d’un neurotransmetteur que l’on appelle « la sérotonine » semble jouer un rôle important.

Quelles sont les conséquences ?

A côté de l’ alopécie partielle ou complète qui peut concerner la chevelure ou d’autres parties du corps, on peut trouver des conséquences somatiques liées à l’indigestion des cheveux. Ces derniers peuvent former dans l’estomac un « trichobézoard » (accumulation d’un ‘ballon’ de cheveux). Et il existe même des cas d’ « iléu  » c’est-à-dire une occlusion intestinale (ce qui est heureusement extrêmement rare). A côté de ces conséquences somatiques, cette maladie provoque un mal être psychique important. Les personnes concernées ont souvent honte et essayent au début de cacher les conséquences de leur comportement par des coiffures particulières, des perruques, etc. Puis ils n’osent souvent plus sortir et se retirent socialement. La dépression , le mésusage d’alcool ou de benzodiazépines sont des comorbidités courantes que l’on va alors retrouver.

Que faire ?

Dans un premier temps en parler : à sa famille ou à son entourage, à son médecin de famille, à un psychiatre.

Une fois effectué ce premier pas, la prise en charge thérapeutique sera axée essentiellement sur la psychothérapie. Les Thérapies Cognitives et Comportementales (TCC) ont fait la preuve de leur efficacité dans les études internationales portant sur le sujet. Cette prise en charge sera parfois accompagnée d’un traitement pharmacologique et éventuellement d’interventions au niveau familial (si indiqué).

D'autres articles

La méditation qui a changé ma vie

Irene

Grossesse et trouble bipolaire

Irene

J’ai testé : le Yoga Intégral chez Make Me Yoga

Irene

Savoir pour guérir : les Troubles Obsessionnels Compulsifs

Irene

Yoga : vous n’êtes pas votre corps

Irene

Pourquoi le Yoga me fait doucement marrer en ce moment

Irene

Pourquoi avoir une vision à long-terme de sa vie ?

administrateur

Les Cellules d’Urgence Médico-Psychologique (CUMP)

Irene

Addiction à la pornographie

Irene