Image default
Santé

L’IRM lombaire : définition, cause, symptômes, traitement

Un test d’imagerie par résonance magnétique (IRM) utilise des aimants et des ondes radio pour capturer des images à l’intérieur de votre corps sans nécessiter d’incision chirurgicale. L’IRM permet à votre médecin de voir les tissus mous de votre corps, tels que les muscles, ainsi que les os.

Une IRM peut être réalisée sur toutes les parties de votre corps. Une IRM lombaire examine néanmoins spécifiquement la région lombaire de votre colonne vertébrale, une région de laquelle proviennent la plupart des problèmes de dos.

Le rachis lombaire est composé de cinq vertèbres, du sacrum (la protection osseuse à l’extrémité de la colonne vertébrale) et du coccyx (appendice caudal). Outre ces os, le rachis lombaire est composé de gros vaisseaux sanguins, de nerfs, de tendons, de ligaments et de cartilage.

Utilisation

Votre médecin réalisera une IRM pour mieux diagnostiquer ou soigner vos problèmes au niveau de la colonne vertébrale. Votre état pourrait être provoqué par des douleurs consécutives à une blessure, une maladie, une infection ou par d’autres facteurs. Votre médecin pourra ordonner une IRM lombaire si vous présentez les symptômes suivants :

  • une douleur dans le dos accompagnée de fièvre,
  • des anomalies congénitales affectant la colonne vertébrale,
  • une blessure à la partie inférieure de la colonne vertébrale,
  • une douleur en bas du dos,
  • la sclérose en plaques,
  • des problèmes urinaires,
  • des signes de cancer,
  • un état de faiblesse, une perte de sensibilité ou tout autre problème au niveau des jambes.

Votre médecin pourra également réaliser une IRM lombaire si vous devez subir une intervention chirurgicale rachidienne, afin qu’il ou elle puisse préparer l’intervention avant d’effectuer une incision.

Une IRM fournit un type d’image différent des autres tests d’imagerie, tels que les radiographies ou les images obtenues par ultrasons ou par tomodensitométrie (CT scan). Une IRM du rachis lombaire montre les os, les disques et la moelle épinière, ainsi que les espaces entre les vertèbres où passent les nerfs.

Risques

À la différence de la radiographie et de la tomodensitométrie, une IRM n’utilise pas de rayonnements. Elle est considérée comme une procédure moins dangereuse pour tout le monde, en particulier pour les femmes enceintes. Bien qu’il puisse y avoir certains effets secondaires, ces derniers demeurent extrêmement rares. À ce jour, aucun effet secondaire des ondes radio et des aimants utilisés dans le cadre d’une IRM n’a été signalé.

Il existe néanmoins des risques pour les personnes ayant des implants contenant du métal. Les aimants utilisés lors une IRM peuvent causer des problèmes au niveau des stimulateurs cardiaques ou causer le déplacement de vis ou de broches implantées dans le corps.

Une des autres complications possibles serait une réaction allergique au produit de contraste. Le type de produit de contraste le plus employé est le gadolinium. Ces réactions allergiques demeurent néanmoins souvent bénignes et facilement contrôlables grâce aux médicaments.

Si vous êtes claustrophobe, vous pourriez vous sentir incommodé(e) pendant que vous êtes dans l’appareil à IRM Il n’y a néanmoins rien à craindre. Un anxiolytique pourra vous être prescrit par votre médecin pour atténuer votre inconfort. Dans certains cas, vous pourrez être sous sédatifs pendant le processus.

Préparation

Si vous portez un stimulateur cardiaque, n’oubliez pas d’en informer le médecin avant l’examen. En fonction du type de stimulateur cardiaque dont vous êtes équipé(e), votre médecin pourra suggérer un autre mode d’examen du rachis lombaire, comme par exemple une tomodensitométrie. Certains modèles de stimulateurs cardiaques peuvent néanmoins être reprogrammés avant une IRM afin d’éviter les perturbations durant l’examen.

L’IRM faisant appel à des champs magnétiques, elle est susceptible d’attirer les métaux. Informez votre médecin si on vous a inséré un implant métallique lors d’une précédente intervention. Prévenez votre médecin si l’un des éléments suivants est présent dans votre corps :

  • une valve cardiaque artificielle,
  • une pince,
  • un implant,
  • une broche,
  • une plaque,
  • des vis,
  • des agrafes,
  • une endoprothèse.

Certains examens effectués par IRM nécessitent l’utilisation d’un produit de contraste qui est injecté dans le système sanguin. Cela permet d’avoir une image plus claire des vaisseaux sanguins de cette région. Le produit, généralement du gadolinium, peut parfois provoquer une réaction allergique. Informez votre médecin si vous souffrez d’une allergie ou si vous avez eu une réaction allergique dans le passé.

Avant votre examen, il vous sera demandé de retirer tous vos bijoux et de revêtir une chemise d’hôpital.

Interventions

L’appareil à IRM ressemble à un grand beignet en métal et en plastique avec un banc qui vous insère doucement dans le centre de l’ouverture. Si vous avez bien suivi les instructions du médecin et avez retiré tout objet métallique, vous serez en sécurité dans et autour de la machine.

Si un produit de contraste est utilisé, une infirmière ou un médecin l’injectera à travers une perfusion intraveineuse. Dans certains cas, il vous faudra peut-être attendre une heure pour que le produit se diffuse à travers votre système sanguin et dans votre colonne vertébrale.

Un technicien vous aidera à vous allonger sur la table, sur le dos, sur le côté ou sur le ventre. Si vous éprouvez des difficultés pour demeurer allongé(e) sur la table, un oreiller ou une couverture vous sera remis. Le technicien contrôlera le déplacement de la table à partir d’un autre local, au moyen d’un dispositif de commande à distance. Il ou elle pourra vous parler à l’aide d’un microphone.

Pendant la réalisation des images, l’appareil va produire des bruits intenses (vrombissements et martèlements). La plupart des établissements hospitaliers proposent des boules Quies, d’autres sont équipés de téléviseurs ou de casques qui aident à passer le temps.

Le technicien vous demandera de retenir votre souffle quelques secondes lors de la réalisation des images. Vous ne ressentirez rien pendant l’examen (les aimants et les ondes de radiofréquence, comparables à celles des ondes de radios FM, ne peuvent être ressentis).

L’ensemble du processus peut prendre de 30 à 90 minutes.

Suivi

Après l’examen, vous êtes libre de passer la journée comme vous le souhaitez. Si vous avez ingéré des sédatifs avant l’examen, il vous est conseillé de ne pas conduire. Arrangez-vous plutôt pour que quelqu’un vous ramène chez vous après l’examen.

Si vos images d’IRM ont été réalisées sous la forme d’un film, le développement du film pourra prendre quelques heures. Il faudra également du temps à votre médecin pour examiner les images et interpréter les résultats. Les appareils plus modernes affichent les images sur ordinateur, ce qui permet à votre médecin de les examiner plus rapidement.

L’obtention des premiers résultats d’une IRM peut ne prendre que quelques jours, mais celle des résultats complets peut exiger une semaine ou plus. Une fois les résultats disponibles, votre médecin vous convoquera pour vous les expliquer et discuter des prochaines étapes de votre traitement.

D'autres articles

Psoriasis – aperçu : définition, cause, symptômes, traitement

Irene

Quel régime choisir pour maigrir vite ?

administrateur

Prévention de la polyarthrite rhumatoïde : définition, cause, symptômes, traitement

Irene

Comment réussir son sevrage nicotinique

Journal

Brucellose : définition, cause, symptômes, traitement

Irene

Mauvaise haleine (halitose) : définition, cause, symptômes, traitement

Irene

Les omega-3 sont essentiels pour votre organisme

Journal

Dextrose : définition, cause, symptômes, traitement

Irene

L’avocat fait-il vraiment grossir ?

Irene