Image default
Santé

Céphalée de tension : définition, cause, symptômes, traitement

La céphalée de tension est le type de mal de tête le plus répandu. Ce type de mal de tête peut causer des douleurs légères à modérées à la tête, au cou et derrière les yeux. Certaines personnes comparent les sensations que la céphalée de tension procure à un bandeau fortement serré autour de la tête.

La majorité des personnes souffrant de céphalée de tension ont des maux de tête épisodiques qui se produisent en moyenne une à deux fois par mois. Toutefois, la céphalée de tension peut aussi être chronique. Les maux de tête chroniques touchent environ 3 % de la population et incluent des maux de tête qui durent plus de 15 jours par mois. Les femmes sont deux fois plus sujettes à la céphalée de tension que les hommes (Cleveland Clinic).

Causes

La céphalée de tension est provoquée par des contractions musculaires dans la tête et le cou. Un grand nombre d’aliments, d’activités et de facteurs de stress sont susceptibles de provoquer ce type de contractions. Certaines personnes développent une céphalée de tension après avoir regardé un écran d’ordinateur des heures durant, ou après avoir conduit longtemps. Une température basse peut également déclencher une céphalée de tension chez certaines personnes.

D’autres facteurs susceptibles de déclencher une céphalée de tension incluent :

  • la consommation d’alcool
  • la fatigue oculaire
  • la fatigue générale
  • le tabagisme
  • un rhume ou une grippe
  • une infection sinusale
  • la caféine
  • une mauvaise posture
  • le stress émotionnel

Symptômes

Les symptômes de la céphalée de tension incluent :

  • des douleurs sourdes à la tête
  • une étreinte autour du front
  • une sensibilité autour du front et du cuir chevelu

La douleur est généralement faible à modérée, mais elle peut également être intense. Dans ce cas, la céphalée de tension pourra être confondue avec une migraine, un type de mal de tête qui provoque des douleurs lancinantes d’un côté ou des deux côtés de la tête. Cependant, la céphalée de tension ne provoque pas tous les symptômes liés à la migraine tels que la nausée et les vomissements. Dans de rares cas, la céphalée de tension peut provoquer une sensibilité à la lumière et au bruit.

Traitement

Il est possible de prendre des médicaments antidouleur sans ordonnance, tels que de l’ibuprofène ou de l’aspirine, pour faire partir les maux de tête.

D’autres moyens peuvent être employés pour soulager la céphalée de tension tels que :

  • appliquer un coussin chauffant ou un sac de glace sur la tête pendant 5 à 10 minutes plusieurs fois par jour
  • prendre une douche ou un bain chaud pour détendre les muscles affectés
  • adopter une meilleure posture
  • faire des pauses fréquentes lors de l’utilisation d’un ordinateur pour prévenir la fatigue oculaire

Toutefois, ces procédés peuvent ne pas empêcher la céphalée de tension de se reproduire.

Prévenir les maux de tête

Dans la mesure où les maux de tête sont souvent provoqués par des éléments déclencheurs spécifiques, l’identification des facteurs à l’origine des maux de tête constitue un moyen de prévenir les futures crises.

Noter dans un journal les événements liés aux maux de tête peut aider à déterminer l’origine de la céphalée de tension. Il faudra y enregistrer chaque repas et boisson pris, les activités réalisées, ainsi que les situations qui ont pu déclencher du stress. Il faudra également y mentionner les jours où des maux de tête se sont déclenchés. Après plusieurs semaines ou plusieurs mois, il devrait être possible d’établir un lien de cause à effet. Par exemple, si le journal indique que les maux de tête se produisent les jours où un certain type d’aliment est ingéré, le type d’aliment en question peut être le déclencheur.

Assistance d’un médecin

Si la céphalée de tension commence à constituer un handicap au quotidien, le médecin peut initier des examens afin d’écarter tout autre problème, tel qu’une tumeur au cerveau. Les examens employés pour contrôler d’autres causes possibles incluent :

  • la tomodensitométrie (un test d’imagerie qui utilise les rayons X pour prendre des photos des organes internes)
  • l’IRM (un test d’imagerie qui utilise des champs magnétiques pour examiner les tissus mous)

Si le médecin conclut à une céphalée de tension mais que les analgésiques ne fonctionnent pas, il pourra prescrire :

  • un décontractant musculaire (un médicament qui aide à arrêter les contractions musculaires)
  • des ISRS ou des antidépresseurs (médicaments qui traitent la dépression et l’anxiété) pour stabiliser les niveaux de sérotonine dans le cerveau et aider à faire face au stress

Le médecin pourra également recommander d’autres traitements tels que :

  • des formations sur la gestion du stress afin d’apprendre des techniques pour composer avec le stress et soulager les tensions
  • le biofeedback (une technique de relaxation qui enseigne la gestion de la douleur et du stress)
  • La thérapie comportementale et cognitive (psychothérapie qui aide à identifier les situations causant le stress, l’anxiété et la tension)
  • L’acupuncture (une thérapie alternative qui peut réduire le stress et la tension en appliquant de fines aiguilles sur des zones spécifiques du corps)

Pronostic

Les céphalées de tension se soignent la plupart du temps avec des traitements et ne causent que rarement des dommages permanents. Cependant, des céphalées de tension chroniques sont susceptibles de dégrader la qualité de vie. Ces maux de tête peuvent rendre difficiles les participations à des activités physiques. Elles peuvent être également à l’origine d’absences au travail ou à l’école. Il ne faudra pas hésiter à en parler à un médecin, si elles deviennent un vrai problème.

Il faudra également s’assurer de ne pas négliger la présence éventuelle de symptômes graves. Il sera ainsi nécessaire de consulter immédiatement un médecin en cas de maux de tête soudains, ou de maux de tête accompagnés de troubles d’élocution, de perte d’équilibre ou de fortes fièvres. Ces phénomènes peuvent indiquer un problème plus grave tel qu’un AVC, la présence d’une tumeur ou un anévrisme.

D'autres articles

Pourquoi se traiter par l’hypnose ?

Journal

Infection urinaire chez la femme : symptômes, prévention et traitements

Irene

Radiographie du cou : définition, cause, symptômes, traitement

Irene

Hypothyroïdie primaire : définition, cause, symptômes, traitement

Irene

La transition écologique a un impact sur votre santé

Journal

Gonohrrée (blennorragie) : symptômes, prévention et traitements

Irene

L’infirmier en santé mentale

Irene

Réaction allergique : définition, cause, symptômes, traitement

Irene

Les omega-3 sont essentiels pour votre organisme

Journal