Image default
Santé

Constantes globulaires : définition, cause, symptômes, traitement

L’étude des constantes globulaires fait partie de l’analyse de sang couramment pratiquée appelée formule sanguine. La formule sanguine permet de mesurer l’état de santé général. Elle mesure la quantité et les caractéristiques physiques des diverses populations de cellules du sang.

Le sang est constitué de globules rouges (hématies), de globules blancs (leucocytes) et de plaquettes en suspension dans le plasma. Les globules rouges contiennent de l’hémoglobine, qui transporte l’oxygène dans le corps. Les globules rouges sont rouge pâle ; leur couleur provient de l’hémoglobine. Les globules rouges ont la forme de doughnuts ; ils ne sont toutefois pas percés en leur centre, mais simplement moins épais. D’ordinaire, vos globules rouges sont tous de la même couleur. Ils ont tous la même taille et la même forme. Il arrive toutefois que certaines pathologies compromettent leur aptitude à fonctionner de manière adéquate.

Les constantes globulaires mesurent la taille, la forme et les caractéristiques physiques des globules rouges. Avec la numération des hématies, les constantes globulaires sont utilisées pour diagnostiquer diverses formes d’anémie. Un nombre trop faible de globules rouges et/ou des constantes globulaires sont anormales et indiquent une forme d’anémie.

Anémie

Anémie

Les globules blancs sont produits dans la moelle osseuse. Leur durée de vie normale est d’approximativement 120 jours. L’anémie est une pathologie en liaison avec laquelle le nombre de globules rouges et/ou la quantité d’hémoglobine dans le sang sont inférieurs aux niveaux normaux. Des tissus dans l’ensemble du corps sont ainsi privés des niveaux d’oxygène nécessaires.

Tel peut être le cas lorsque :

  • le nombre de globules rouges créé est trop faible (anémie aplastique) ;
  • des globules rouges sont détruits prématurément (anémie hémolytique) ;
  • une perte importante de sang survient.

L’anémie peut être aiguë ou chronique. Elle peut être acquise ou héritée. Les symptômes d’anémie les plus fréquents sont la fatigue et le manque d’énergie. Au fur et à mesure que la maladie va progresser, les symptômes pourront inclure des étourdissements, une sensation de froid ou un engourdissement des mains et des pieds, un essoufflement, un rythme cardiaque irrégulier ou rapide, et des douleurs thoraciques.

Causes de l’anémie :

  • régime trop pauvre en fer, en vitamine B-12 ou en acide folique ;
  • maladies chroniques comme le cancer, le diabète, une maladie intestinale inflammatoire, une maladie rénale ou une thyroïdite (inflammation de la glande thyroïde) ;
  • une infection chronique comme le VIH ou la tuberculose ;
  • une perte de sang importante ;
  • une maladie affectant la moelle osseuse, comme la leucémie, le lymphome ou un myélome multiple ;
  • certains troubles génétiques, comme la thalassémie (forme d’anémie héréditaire) ou une anémie drépanocytaire (caractérisée par la forme de faucille des globules rouges, ce qui signifie leur capacité à transporter l’oxygène) ;
  • une chimiothérapie ;
  • le saturnisme ;
  • une grossesse.

L’anémie causée par un déficit en fer est la forme la plus courante d’anémie. Le traitement de l’anémie est fonction de sa/ses cause(s). Les globules rouges et constantes globulaires peuvent permettre de déterminer la/les cause(s) de l’anémie.

Composants

Composants

Les constantes globulaires comportent trois éléments :

  • le volume globulaire moyen (VGM), c’est-à-dire, la taille moyenne des globules rouges ;
  • la teneur corpusculaire moyenne en hémoglobine (TCMH), c’est-à-dire, la quantité d’hémoglobine par globule rouge ;
  • la concentration corpusculaire moyenne en hémoglobine (CCMH), c’est-à-dire, la quantité d’hémoglobine par rapport à la taille de la cellule ou à la concentration en hémoglobine par globule rouge.

VGM

VGM

Le volume globulaire moyen (VGM) mesure la taille moyenne des globules rouges.

Le VGM augmente lorsque la taille des globules rouges excède la normale (macrocytique). Cette pathologie s’appelle une anémie macrocytaire.

Le VGM diminue lorsque la taille des globules rouges est inférieure à la normale (microcytique). Cette pathologie s’appelle une anémie microcytique.

Lorsque les valeurs de VGM sont normales, la taille des globules rouges l’est également. Les globules sont alors normocytaires. Une personne dont les hématies sont normocytaires peut toutefois être anémique lorsque la numération des hématies est trop faible ou lorsque d’autres constantes globulaires sont anormales. Il s’agit alors d’une anémie normocytaire.

TCMH

TCMH

La teneur corpusculaire moyenne en hémoglobine (TCMH) mesure la quantité moyenne d’hémoglobine dans un globule rouge. Le calcul repose sur deux autres valeurs mesurées dans la formule sanguine :

  • la valeur de l’hémoglobine (Hgb), qui mesure la quantité d’hémoglobine dans le sang ;
  • la numération des hématies, qui mesure le nombre de globules rouges dans le sang.

La TCMH correspond à la Hgb divisée par la numération des hématies. De sorte que TCMH = Hgb/numération des hématies.

Lorsque les valeurs de TCMH sont élevées, les globules rouges sont dits hyperchromes. La couleur des globules rouges sera plus foncée. Cette pathologie s’appelle une anémie hyperchromique.

Lorsque les valeurs de TCMH sont basses, les globules rouges sont dits hypochromes. La couleur des globules rouges sera plus claire. Cette pathologie est appelée anémie hypochromique.

Lorsque les valeurs de TCMH sont normales, la couleur des globules rouges l’est également. Les globules sont alors normochromes. Une personne dont les hématies sont normochromes peut toutefois être anémique lorsque la numération des hématies est trop faible ou lorsque d’autres constantes globulaires sont anormales. Il s’agit alors d’une anémie normochrome.

Les termes hyperchrome et hypochrome sont également employés pour décrire, respectivement, des valeurs de concentration corpusculaire moyenne en hémoglobine (CCMH) élevées et faibles.

CCMH

CCMH

La concentration corpusculaire moyenne en hémoglobine (CCMH) est la concentration moyenne d’hémoglobine dans un globule rouge. La CCMH est calculée à partir de deux autres facteurs de la formule sanguine :

  • la valeur de l’hémoglobine (Hgb), qui mesure la quantité d’hémoglobine dans le sang ;
  • l’hématocrite (Hct), qui mesure le pourcentage d’hématies dans un volume sanguin donné.

La CCMH correspond au Hgb divisé par le Hct. Donc, CCMH = Hgb/Hct.

Lorsque le CCMH excède la normale, l’hémoglobine est anormalement concentrée dans les hématies. La couleur des globules rouges sera plus foncée. Il s’agit de l’hyperchromie.

Lorsque le CCMH est inférieur à la normale, l’hémoglobine est anormalement diluée dans les hématies. La couleur des globules rouges sera plus claire. Cette pathologie est appelée anémie hypochromique.

Lorsque la concentration en hémoglobine est normale, la CCHM l’est également. Une personne dont les valeurs de CCMH sont normales peut néanmoins être anémique lorsque le nombre de ses hématies est trop faible ou lorsque d’autres constantes globulaires sont anormales. Il s’agit alors d’une anémie normochrome.

Résultats normaux

Selon les instituts nationaux américains de la santé (National Institutes of Health), les valeurs normales des constantes globulaires sont les suivantes :

  • VGM : 80 à 100 femtolitres
  • TCMH : 27 à 31 picogrammes/globule
  • CCMH : 32 à 36 grammes/décilitre (NIH, 2011)

Les fourchettes normales peuvent différer légèrement d’un laboratoire à un autre.

Résultats du test

Résultats du test

Une numération des hématies faible et des constantes globulaires anormales indiquent une forme d’anémie. La polyglobulie se caractérise par des valeurs élevées. Il est indispensable de les prendre en compte dans leur totalité pour parvenir à un diagnostic adéquat. D’autres tests peuvent également être nécessaires.

Des globules rouges de taille supérieure contiennent plus d’hémoglobine. Les hématies plus petites en contiennent souvent moins. Ainsi, la TCMH peut-elle refléter le VGM.

Lorsque la quantité moyenne d’hémoglobine par hématie est réduite, la concentration diminue. De sorte que, lorsque le VGM diminue, il en va de même de la CCMH. Les hausses de la CCMH sont limitées par la quantité d’hémoglobine susceptible d’être contenue dans un globule rouge.

Des brûlures graves ou un trouble du nom de sphérocytose héréditaire peuvent être à l’origine de valeurs de CCMH élevées.

Une anémie normocytaire/normochrome survient lorsque la taille et le contenu en hémoglobine des globules rouges sont normaux, mais les globules rouges trop peu nombreux. Il peut s’agir de la conséquence d’une perte subite et importante de sang, de la mise en place d’une prothèse de valvule cardiaque, d’une tumeur, d’une pathologie chronique ou d’une anémie aplastique.

Une anémie macrocytaire/normochrome peut être causée par un déficit en vitamine B12 et/ou en acide folique, ou par une chimiothérapie.

Une anémie microcytaire/normochrome peut être causée par une défaillance rénale.

Une anémie microcytaire/hypochrome peut être causée par un déficit en fer, le saturnisme ou par une forme d’anémie héréditaire appelée thalassémie.

La maladie de Vaquez résulte généralement d’une production excédentaire d’hématies et d’un trouble de la moelle épinière. Il arrive également que les numérations leucocytaire et plaquettaire augmentent aussi. Il s’agit d’un trouble rare généralement lié à une mutation génétique d’un gène désigné sous le nom de JAK2.

Déroulement du test

Déroulement du test

Ce test ne requiert pas de préparation. Une simple piqûre au bout du doigt est suffisante aussi bien pour les adultes que pour les enfants. Dans le cas des nourrissons, la piqûre peut être pratiquée au talon. Le technicien nettoie la zone avec un antiseptique. Après le prélèvement, un pansement peut être apposé pour protéger la zone.

Chez l’adulte, du sang peut également être prélevé dans le creux du bras. Il s’agit d’un prélèvement d’échantillon de sang dans une veine. Le technicien nettoiera la zone du test avec un antiseptique et placera un élastique autour de la partie supérieure du bras pour faire gonfler la veine. L’aiguille est ensuite insérée doucement et le sang s’écoule dans le tube. Lorsque le tube est rempli, le technicien retire l’élastique, puis il enlève l’aiguille. Un pansement est placé sur le site d’insertion de l’aiguille.

En général, le site d’insertion est un peu douloureux et sensible par la suite.

Il peut être utile d’appliquer de la glace à l’endroit où sera recueilli le prélèvement. Le site sera ainsi insensibilisé dans une certaine mesure.

D'autres articles

Utiliser un masseur de tête pour soulager les migraines

administrateur

Comment réussir sa coloration végétale pour cheveux blancs ?

administrateur

Infection urinaire chez l’enfant : symptômes diagnostic, traitement

Irene

Antibiogramme : indications et resultats

Irene

Détermination de la teneur totale en protéine : définition, cause, symptômes, traitement

Irene

Implants capillaires : que faire suite à l’opération ?

administrateur

Quelles sont les clés pour retrouver sa meilleure santé ?

administrateur

Dysurie : définition, causes et complications possibles

Irene

Santé : quelles sont les règlementations pour les jouets ?

administrateur